Quelles sont les différences entre le café bio et le café commerce équitable ?


Les cafés bio certifient une production sans produit chimiques tandis que les cafés équitables focalisent sur une meilleure rémunération des petits producteurs

.
Après le pétrole, le café est la 2ème marchandise la plus échangée sur la planète. Le café fait vivre quelques 25 millions d'agriculteurs et leur famille dans le monde. Mais les pays producteurs de café sont fortement touchés par la forte volatilité des cours mondiaux du café qui empêche la construction d'un secteur économique durable et profitable. Face à cette instabilité permanente, l'agriculture biologique et le commerce équitable apparaissent comme des moyens de remédier à la situation précaire des petits producteurs. En effet, les caféiculteurs sont de plus en plus nombreux à ne plus investir dans leur plantation d'où une baisse de la qualité et donc des revenus. Ou alors ils abandonnent totalement leur plantation de café qui n'est plus rentable, pour s'exiler en ville.
 
Label Commerce équitable Max Havelaar

 

Fair Trade Max Havelaar : le commerce au service du développement

Fairtrade Max Havelaar est un label international qui regroupe des ONG et des représentants de producteurs. Son but est d'utiliser les échanges commerciaux entre le nord et le sud pour donner à des paysans les moyens de lutter par eux-mêmes contre la pauvreté.
 
 Recevoir un revenu décent stable et garanti
Café, thé, chocolat, riz, bananes… De nombreux produits que nous consommons tous les jours sont cultivés par des paysans de pays en voie de développement. Trop souvent, ces producteurs ne peuvent pas vivre de leur travail, car ils sont isolés face aux mécanismes des marchés boursiers. Le commerce équitable permet aux petits producteurs de recevoir un prix supérieur et stable par rapport aux prix fluctuants des bourses de matières premières.
 
 Un défi au niveau international
Pour changer la donne, le réseau international Fair Trade a lancé un défi: construire, à son échelle, un commerce international plus équitable. Créé à l'appel de producteurs mexicains, il est aujourd'hui cogéré par des producteurs du Sud et des ONG du Nord.
En France, l'association à but non lucratif Max Havelaar France se charge de développer cette nouvelle forme de consommation. Elle gère un label apposé sur des produits de différentes marques. Elle n'achète ni ne vend aucun produit, mais convainc les acteurs économiques et sensibilise l'opinion.
 
 Le commerce équitable en quelques chiffres
Environ 1,5 million de producteurs et travailleurs bénéficient du commerce équitable labellisé Fairtrade Max Havelaar regroupés au sein de 827 organisations. En comptant leurs familles, on estime que cela représente environ 8 millions de personnes bénéficiaires dans les 60 pays d'Afrique, d'Amérique latine et d'Asie.
 
Le label Fairtrade Max Havelaar est présent auprès des consommateurs de 60 pays en Europe, au Japon, aux Etats-Unis, au Mexique, en Australie…
Il est cogéré par 21 associations de promotion comme Max Havelaar France et par les 3 réseaux continentaux de producteurs certifiés.
Label Agriculture biologique
 
 

Le café issu d'une agriculture biologique préserve autant les éco-systèmes que la santé des caféiculteurs

L'agriculture biologique est un mode de production agricole spécifique, un ensemble de pratiques agricoles respectueuses des équilibres écologiques et de l'autonomie des agriculteurs.
Visant à la préservation des sols, des ressources naturelles, de l'environnement et au maintien des agriculteurs; l'agriculture biologique est souvent considérée comme un pilier de l'agriculture durable.
L'agriculture biologique répond à un cahier des charges strict et réglementaire fixé indépendamment dans chaque pays et faisant l'objet de contrôle qualité par des organismes certifiés tels que Ecocert; Qualité France; Biogarantie,...
 
 La culture conventionnelle du café nécessite souvent des engrais chimiques et des pesticides
Néanmoins la culture conventionnelle du café nécessite souvent des engrais chimiques et des pesticides de synthèse. Ces produits touchent en premier lieu les caféiculteurs et peuvent se retrouver aussi dans notre tasse sous forme de résidus. Et le pire est encore la déforestation pour favoriser la monoculture en plein soleil. Cette stratégie agricole détruit les cultures vivrières, l'éco-système (faune et flore), favorise l'érosion des sols. De plus, la monoculture en plein soleil nuit à la qualité du café qui pousse plus vite et développe moins d'arômes (un peu comme le poulet en batterie).
 
 Les avantages du café bio résident dans une production naturelle qui préserve l'éco-système
Un café est dit "biologique" lorsqu'il est issu d'une plantation exempte d'engrais chimiques depuis 5 ans.
En agriculture biologique, aucun traitement par pesticides de synthèse n'est autorisé, seuls les engrais organiques sont acceptés.
Choisir un café bio, c'est donc opter pour des produits respectant un cahier des charges strict qui préserve à la fois l'environnement et les petits producteurs.
 
 Le café bio permet un meilleur revenu
En plus, le café bio est vendu environ 25% à 40% plus cher que ce que leur offrirait le cours mondial des matières premières. Cela permet alors de fournir aux producteurs des revenus plus élevés qui leur permettent de vivre décemment, de se développer et de compenser le surcroît de main d'œuvre.