L'origine de la torréfaction du café

Les Yéménites cuisaient le café pour empêcher qu'il ne soit planté en dehors du pays...


"Jusqu'au milieu du XVIIème siècle, il n'y eut pas de café produit ailleurs qu'en Ethiopie et surtout au Yémen, ni, à de très rares exceptions près, de café consommé en dehors de l'Ethiopie, du Moyen-Orient et de l'Inde. Pour conserver leur monopole et empêcher l'exportation de semences ou de plants, les souverains yéménites avaient pris des mesures sévères : tous les grains quittant les ports de la mer Rouge devaient au préalable être grillés ou ébouillantés afin qu'ils ne puissent germer si quiconque s'avisait de les transplanter ailleurs. Une des nombreuses légendes du café veut que ce soit u pélerin indien, du nom de Baba ud-din, qui parvint le premier à briser ce monopole au début du XVIIème siècle, en subtilisant sept grains de café fertiles à La Mecque, puis en les transplantant chez lui dans les montages de Mysore. Des sources plus fiables attestent de l'exploit hollandais : les plants de ce caféier, issus des graines volées quarante ans plus tôt à Moka (ville du Yémen) et que le naturaliste Linné allait bientôt baptiser Coffea arabica, prospèrent dans les serres du jardin botanique d'Amsterdam" (source : Le Livre du Café de Alain Stella).

Voir aussi l'origine de la torréfaction du café; la définition de la torréfaction du café; la durée de la torréfaction du café; les 4 méthodes de torréfaction du café.